364 jours en famille, un rêve devient réalité !

Andréanne Kohler Interview

Famille-1024x694Marc, Dorothe, Zoé (7 ans) et Lisa (4 ans). Une adorable famille neuchâteloise rencontrée en terres australiennes. En voyage depuis 10 mois, il leur restait encore une poignée de destinations découvrir avant de clore cet incroyable tour du monde. Rencontre Chaumont, sur la terrasse du Petit-hôtel.

 

Marc et Dorothée, parlons d’abord de la partie « technique » et de la préparation. Ce tour du monde c’était un rêve de longue date ou une idée plutôt spontanée ?

Marc : Pour ma part c’est un rêve qui s’est concrétisé. Suite au décès de mon père et d’un surmenage professionnel, j’ai décidé de réaliser ce rêve à l’occasion de mes 50 ans.

Dorothée : Pour moi, quand Marc m’a parlé de faire le tour du monde, j’ai pensé que c’était de la folie. Je n’y croyais pas jusqu’au jour où…

 

Combien de temps vous a-t-il fallu pour préparer votre voyage, son itinéraire et régler le quotidien suisse ?

Etant donné que nous travaillions en même temps, il nous a fallu une année complète pour préparer ce projet. Nous avons sollicité l’aide d’un professionnel du tourisme pour planifier l’ensemble des principales étapes de notre parcours.

 

Vous êtes rentrés il y a quelques mois. Avec du recul, que pensez-vous de votre aventure ?

Marc : Magnifique ! Maintenant il s’agit de mettre en pratique les résolutions prises durant cette aventure et faire perdurer les images, en particulier pour les enfants.

Dorothée : une expérience inoubliable, à jamais ancrée dans ma mémoire, extraordinaire. D’ailleurs, je suis prête à repartir !

 

Est-ce qu’il y a des choses que vous feriez différemment aujourd’hui ?

Marc : Oui, je m’organiserais différemment au niveau de la gestion administrative de mes affaires. Par rapport au voyage, je ne changerais pas grand-chose si ce n’est la chronologie des destinations pour être vraiment à la saison idéale, au bon endroit.

 

Nous avons abordé la partie pratique, passons maintenant au rêve… Pouvez-vous nous dire ce qui vous a spécialement marqué en route et si vous pouvez citer un coup de cœur…

Marc : J’ai été touché par les visites de nos amis au bout du monde. Puis vivre 24h/24 durant 364 jours en famille en voyant des endroits magnifiques, c’est juste incroyable. Si je devais retourner sur un seul lieu, je choisirais les Galapagos pour la proximité des animaux, pour le climat et l’ambiance.

Dorothée : Mes coups de cœur à moi sont les Galapagos, la Birmanie et le Japon !

 

Zoé, toi qui était déjà à l’école avant de partir, comment es-tu restée en contact avec tes copains de classe ?

J’envoyais des cartes, nous échangions des e-mails et photos, mes copains ont profité de travailler les pays que nous traversions.

 

As-tu travaillé pour l’école ? Comment ?

J’ai travaillé un peu moins qu’à l’école et plus lentement… Mon sac à dos était très lourd car il y avait toute l’école dedans, ma maîtresse m’avait préparé plein de fiches que j’apprenais avec ma maman, la maîtresse du voyage.

 

Lisa, peux-tu nous dire ce que tu as préféré pendant ce long voyage ?

J’ai beaucoup aimé l’Alaska pour les ours et toucher les icebergs et l’Australie parce que j’ai vu un casoar. Puis j’aimais bien regarder les beaux animaux et les biches et les fleurs et aller sur la grande montagne pour être la reine des neiges. En camping-car, j’adorais chercher le bois pour préparer le feu pour y griller des machmalos.

 

Zoé et Lisa, j’imagine que vous avez découvert un peu partout des spécialités culinaires très variées. Dans quel pays avez-vous le mieux mangé ?

Zoé : J’ai adoré le crocodile en sauce qui ressemblait au poulet en Floride. En Thaïlande, j’ai mangé des pad thaï et des sushis au Japon, miam.

Lisa : J’ai adoré les sushis au concombre et les raviolis chinois. Au Cambodge, je mangeais tous les fruits du dragon au déjeuner.

 

Se côtoyer 24h/24 pendant 12 mois, alors qu’habituellement on passe de nombreuses heures au travail et loin des enfants, ça ne doit pas toujours être facile. Un petit truc pour que cela se passe bien ?

Marc : pour ma part, ça s’est très bien passé, il semble que parfois j’arrivais à faire la sourde oreille et que l’excitation et les cris des filles me passaient à travers… fallait rester « coolzen ».

Dorothée : L’expérience de vivre à 4, 24h/24 pendant 364 jours est particulière. On peut appréhender mais je suis partie confiante, et j’avais raison. On ne fait plus qu’un, les liens sont encore plus forts. Nous sommes soudés par cette année de vie commune.

 

Tourisme Pour Tous se tient à votre disposition pour organiser votre tour du monde !